Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 galliano-150x150.jpg

 

J’adore Dior ?

 

Vous ayant parlé du dérapage raciste de Jean-Paul Guerlain il y a quelques mois, je ne pouvais décemment pas laisser passer la plainte déposée contre John Galliano en fin de semaine dernière. Rappel des faits : le 24 février, John Galliano se retrouve en garde à vue avec un fort taux d’alcoolémie après une altercation avec un couple dans un bar du 3eme arrondissement de Paris. Le couple a rapidement déposé plainte pour «violences légères et injures à connotation antisémite». Dior a réagit immédiatement en suspendant le créateur des lignes féminines de la marque.

"La Maison Dior affirme avec la plus grande fermeté sa politique de tolérance zéro à l'égard de tout propos ou attitude antisémites ou racistes. Dans l'attente des résultats de l'enquête, Christian Dior a suspendu John Galliano de ses fonctions", a déclaré le PDG de Dior, Sidney Toledano, dans un communiqué.

 La Licra s’est félicitée de la réaction prompte de Dior tout aussi rapidement, alors qu’elle n'avait pas condamné les propos de Jean-Paul Guerlain. Et c’est bien là que le bât semble blesser. Car si la polémique autour de John Galliano n’est pas prête de se calmer avec la publication lundi d’une vidéo où il dit "I love Hitler", les défenseurs de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme ne peuvent s’empêcher de noter une forme de « deux poids deux mesures » concernant les propos antisémites et les propos racistes. De telles insinuations desservent ces deux combats, mais l’on ne peut les ignorer.

 


 

 

Je me garderai bien d’accuser la Licra de réagir plus vite sur l’antisémitisme car ce serait un procès injuste qui ne résiste pas à l’épreuve des faits. Une chose est certaine, au moindre défaut de vigilance, les associations de lutte contre les discriminations font l’objet de violentes critiques. Elles se doivent donc d’être exemplaires et d’éviter l’indignation sélective, même si les pourfendeurs de la soi-disant pensée unique les voient comme des empêcheurs de penser en rond. Leur tâche est ardue et leur vigilance doit être permanente, notamment en terme de pédagogie.

 

Impunité variable ?

 

C’est bien le sens des propos de Daniel Schneidermann dans sa chronique hebdomadaire de Libération. Zemmour a été condamné pour ses propos sur la discrimination qui serait un droit (la Licra fut d’ailleurs aux avant-postes de ce combat controversé) et malgré cela, l’UMP en la personne d’Hervé Novelli, invite le journaliste à débattre sur le « trop plein de normes » (sic). Et aucun des médias qui l’emploient ne semble prêt à le sanctionner pour cela, France Télévision et RTL s’étant bornés à un rappel aux valeurs de leurs entreprises respectives. La CGT du Groupe France Télévision s’en est heureusement offusqué et a interpellé sa direction. 

 

Une bonne nouvelle dans cette atmosphère nauséabonde cependant, Brice Hortefeux a quitté le gouvernement ! Un ministre de l’Intérieur condamné pour "injure raciale" voilà qui faisait vraiment mauvais genre pour la France. Cela n’empêche pas le gouvernement de compter dans ses rangs un ex d’Occident à un ministère régalien (Gérard Longuet) ni Nicolas Sarkozy de voir les révolutions arabes comme une menace pour… le solde migratoire de la France ! Quant au débat sur l’identité nationale que l’UMP a opportunément reformulé pour continuer à stigmatiser l’autre, les autres, et l’islam en particulier, la campagne présidentielle semble aller tout droit vers le clash des civilisations cher à Huntington. Les associations de lutte contre les discriminations ont donc encore du pain sur la planche…

 

Tag(s) : #Discriminations