Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Le grand patron est-il un citoyen comme les autres?

 

les-patrons-du-cac.jpg

 

60% des Français ont une mauvaise image des grands patrons titrait la Sofres dans un sondage publié lundi. C'est marrant comme les gens adorent détester les grands patrons. Je ne suis pas patronne moi-même, et si j'en ai côtoyé un ou deux, je reste modestement du côté des observateurs et parfois des conseillers, mais toujours humblement. Aussi ce type de sondage me fait sourire, et parfois rire jaune. On y apprend des choses intéressantes, mais pas seulement dans les réponses des personnes interrogées. 

 

D'abord lorsqu'un institut de sondage sort un tel sondage, c'est souvent qu'il a été commandé par un client. Dans ce cas précis probablement par le journal l'Expansion. Les sondages sur les grands patrons sont repris par les médias car ils mettent de l'eau au moulin qu'est la tendance générale à la suspicion envers les élites et les dirigeants. Par ailleurs le nom du média partenaire de l'institut de sondage est abondamment cité. C'est de bonne guerre.

 

Souvent, les sondages sur les grands patrons traitent de leur rémunération et de l'opinion des Français sur celles-ci. On y constate que les dirigeants d'entreprises sont à une écrasante majorité des hommes et ces enquêtent confortent l'idée d'une déconnexion des élites face aux préoccupations des « vrais » gens. 

 

En France le rapport à l'argent contribue à cette mauvaise image. Les salaires des patrons dont la presse fait ses gorges chaudes régulièrement sont analysés, décortiqués et commentés. La transparence en vigueur dans les entreprises est positive et permet aux actionnaires de demander des comptes aux dirigeants. Mais en France l'argent reste un tabou tenace et la déconnexion entre le SMIC et les salaires de nos dirigeants est un sujet qui fait vendre. Or dans le sondage, aussi surprenant que cela puisse paraître, le niveau de rémunération des patrons est justifié pour 54% des personnes interrogées, mais ceci après réflexion, et que l'on leur ait demandé leur avis sur la difficulté du métier de patron et leur grande capacité de travail.

 

etudes-marketing_15731.jpeg

 

Pour un communicant, un sondage qui consacre son patron ou au contraire le voit en queue de peloton est toujours important. Son entreprise est associée à l'image du dirigeant. Cela agit sur la notoriété, mais pas toujours de manière qualitative. Sur une étude plus générale concernant les grands patrons, on est tentés de les inclure dans un tout homogène assez trompeur. J'y reviendrai plus tard.

 

Malgré le titre choisi par la Sofrès, selon moi l'enseignement le plus intéressant de cette étude est le suivant : 

 

« Les grands patrons apparaissent légitimes pour s'impliquer sur un certain nombre de questions sociétales. Malgré leur vision critique, les Français sont nombreux (7 sur 10) à attendre des grands patrons qu'ils s'expriment davantage sur des questions de société et qu'ils s'engagent dans les domaines de la recherche, de l'environnement, du social et de l'éducation. Seul domaine faisant exception à la règle : la politique, où seuls 19% des Français souhaitent voir s'impliquer les dirigeants. »

 

A une époque où les services publics sont mis à mal et où la responsabilité sociétale des entreprises croît encore et toujours, il semble donc que les entreprises soient « récompensées » pour certaines par leurs actions en apparaissant légitimes. Un argument de plus pour convaincre les sceptiques à s'engager davantage en la matière? 

 

Si les patrons sont attendus sur l'environnement, la recherche, le social et l'éducation, c'est que  ce sont des domaines où les entreprises doivent exercer leur responsabilité liée à leurs activités, leur  impact, mais également parce que depuis de nombreuses années de plus en plus sont actives dans ces domaines et régulièrement sollicitées pour pallier aux carences d'un État au bord de la ruine.  

rse.jpg

Un argument de plus pour les conseillers en communication responsable, trop souvent seuls acteurs pour convertir le monde économique à une plus grande durabilité.

 

Il serait intéressant de comparer la cote de popularité des patrons qui s'engagent sur les questions sociétales de ceux qui ne le font pas. Est-ce l'engagement, la personnalité du patron ou le secteur de son entreprise et sa popularité qui prennent le pas sur son image personnelle ? 

 

Avis à mes amis dans le secteur des études!

Tag(s) : #Actu