Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

we-can-do-it.jpg

 

Bonne nouvelle pour la progression de la représentation des femmes dans les conseils d'administration des grands groupes, Accor et Natixis ont nommé deux professionnelles reconnues dans leurs domaines respectifs!

Mercedes Erra fait ainsi son entrée au conseil d'administration du groupe hôtelier et Natixis a coopté Christel Bories parmi ses administrateurs. Ces deux groupes sont donc parmi les premiers à nommer des administrateurs après le vote de la loi "relative à la représentation équilibrée des femmes et des hommes au sein des conseils d'administration et de surveillance et à l'égalité professionnelle".

 

erra.jpg    


Christel Bories, CEO d'Alcan EP, succède à Jean-Charles Naouri qui était démissionnaire de son poste. Discrète dans la galaxie des femmes dirigeantes, sa nomination tranche avec celle de Mercedes Erra, la Présidente Executive d'EuroRSCG Worldwide, militante féministe acharnée, dont la nomination  est expliquée par Accor par "son expérience reconnue dans la construction et la gestion des marques". Pour Christel Bories, son professionnalisme reconnu la mène à ce poste d'administrateur indépendant.

 

472 100ans alu 06jpg detail popup


Deux dirigeantes respectées, deux profils différents. Si Mercedes Erra est connue pour son engagement en faveur d'une meilleure représentation des femmes, notamment dans le monde du travail, Christel Bories est moins connue du grand public. Ces deux professionnelles viennent rejoindre les quelques femmes à être membre de conseils d'administrations de grands groupes telles que Anne Lauvergeon, Esther Koplowitz, Laurence Parisot ou Mireille Faugère.

Malgré l'activisme de nombreuses dirigeantes comme Véronique Morali qui vient de prendre la tête du Women's Forum, les militantes potaches du groupe d'action féministe  La Barbe n'ont pas fini d'aller perturber les réunions de conseils d'administration pour mettre les patrons hommes du CAC 40 devant leurs contradictions. 

Car la loi défendue par Jean-François Copé et Marie-Jo Zimmermann n'est contraignante que pour les grandes entreprises cotées, pour les sociétés anonymes non cotées, la loi ne prévoit pas d'obligation, ce qui peut laisser perplexe. L'avocat Stéphane Michel a analysé les grandes lignes de cette loi sur son blog

Parmi les grands groupes, certains ont déjà fait savoir leurs intentions, ainsi Total qui compte déjà Patricia Barbizet et Anne Lauvergeon parmi son CA aurait l'intention de coopter parmi ses membres Marie-Christine Coisne, la présidente de Sonepar et Barabara Kux, membre du comité de direction de Siemens.

Il faut savoir se réjouir des bonnes nouvelles et saluer les avancées en la matière, sans pour autant se voiler la face. Faire progresser les femmes dans les grands groupes est plus aisé que dans les entreprises de taille plus modestes. Un gros travail reste donc à accomplir.

Tag(s) : #Discriminations