Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

a-vous-de-juger.jpg


 

Il y a  plus d'un an j'ai lu un ouvrage assez intéressant écrit par Marcel Botton intitulé « les hommes politiques sont des marques comme les autres ». Ecrit après l'élection présidentielle de 2007, le postulat du livre est simple : les politiques se soumettent aux lois du marketing et s'adjoignent les mêmes conseillers que les groupes du CAC 40 pour soigner leur image et leur réputation et conquérir de nouveaux marchés... euh je veux dire de nouveaux électeurs.

 

Hier soir, Marine Le Pen était invitée de l'émission « A vous de juger » sur France 2 et a eu la parole pendant plus d'une heure trente. Bien sûr elle avait des contradicteurs, mais hormis Alain Duhamel, personne ne faisait le poids face au rouleau compresseur chargé de rajeunir et d'adoucir l'image du FN. En repensant à cette émission j'ai eu envie de confronter la fiche d'identité qu'avait réalisée Marcel Botton pour Jean-Marie Le Pen à celle qu'il aurait pu rédiger pour sa fille. 

 

Parmi les éléments cités pour caractériser la marque Le Pen, Botton écrit : 

 

« La planète politique positive : Le Penland Plus. Ordre. Pas d'agressions. Tout le Monde est blond.

La planète politique négative : Le Penland Moins. Couvre-feu. Les chars dans la ville. Les charters. Les militaires. Si on se gare mal, la police tire. Biométrie partout. Radars partout. »

 

Résumé assez parlant, même s'il est parcellaire, du programme du FN époque Le Pen canal historique.

 

Si Marine Le Pen remporte les élections pour succéder à son père, ce qui semble bien parti et surtout acquis par les médias qui l'invitent et lui donnent la parole partout ces jours-ci, cela pourrait donner ça :

La planète politique positive : Le Marineland plus. On garde l'ordre, l'absence d'agressions. L'Euro a été remplacé par le Franc. Les femmes sont au premier plan. 

Le Marineland moins : La France a quitté l'UE. Les frontières sont fermées. Aucune femme voilée dans l'espace public. Pas de mosquées. On chante la Marseillaise dans les écoles tous les matins. Les entreprises publiques n'ont pas d'actionnaires étrangers. Toutes les entreprises publiques sont nationalisées...

 

J'arrête là. Marine Le Pen est ouvertement dans une entreprise de dédiabolisation du FN et son opération de charme semble payer. Non seulement les portraits et interviews n'arrêtent pas depuis quelques semaines, mais les grands partis semblent frileux à débattre face à elle. Il suffit pour cela de voir le plateau de l'émission de France 2 hier. Face à elle, Rachida Dati pour l'UMP qu'on a connu plus percutante et combative, et Manuel Valls pour le PS. Si Manuel Valls a « fait le boulot », Rachida Dati a été assez mauvaise, laissant un espace de parole énorme à Marine Le Pen qui a pris clairement l'ascendant sur son adversaire au cours du débat. Un choix qui laisse songeur. L'UMP n'avait-il vraiment personne d'autre à envoyer face à la future patronne du FN? 

 

Sur la laïcité et le racisme, Marine Le Pen s'inscrit en rupture par rapport à son père, elle reprend même ces thèmes à son compte. Or aucun membre d'un parti républicain n'était là pour répliquer que ses idées menacent l'unité de la République justement. Les journalistes ont préféré s'appesantir sur les possibles accords électoraux avec l'UMP, comme Christian Vanneste l'avait déjà suggéré en son temps. 

 

Seul Alain Duhamel a réussi à la déstabiliser et la mettre face à ses contradictions. Et pourtant je ne suis pas une inconditionnelle de l'éditorialiste, loin de là.

 

Force est de constater que Marine Le Pen exerce une force d'attraction sur les médias, un peu comme un nouveau produit qui crée le buzz. D'un point de vue marketing, elle repositionne le FN en adoucissant son image, attirant de ce fait des « clients-électeurs » de la droite classique mais aussi de l'extrême gauche.

 

usp-marketing2.jpg

 

Pendant ce temps-là le leader du marché, Nicolas Sarkozy, n'a plus les faveurs du consommateur mais reste le seul produit disponibles alors que le challenger n'existe pas vraiment puisqu'à gauche c'est une kyrielle d'hommes et de femmes qui pensent pouvoir conquérir le marché alors que leurs ventes sont soit moyennes soit carrément anecdotiques. Les spins doctors du marketing sont persuadés que DSK serait le produit miracle. Un produit miracle que tout le monde semble connaître mais qui n'est toujours pas sorti! DSK sera-t-il le produit aux vertus miraculeuses et à la technologie innovante qui viendra tout bouleverser? On commence à sérieusement en douter.

Tag(s) : #Actu