Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

AndreeChedid_000.jpg

 

1991. Je suis en classe de 6ème. Après avoir étudié avec notre professeur de Français « Le 6ème jour », séduite par son style, je cherche un autre roman d'Andrée Chédid. Me voilà repartie du CDI avec en poche « Le survivant ». Ce livre qui date de 1963 raconte l'histoire de Lana. Ce sera une de mes premières claques littéraires. Le prénom de l'héroïne restera durablement gravé dans ma mémoire. Celui d'une femme déterminée, à la fois dans l'action et le souvenir, entêtée aussi. Sa quête de l'homme qu'elle aime viendra flatter mon côté « jeune fille romantique à la recherche du prince charmant ». Mais qu'importe, c'est surtout son style qui m'envoûte. Que ce soit dans ses romans ou ses poèmes, Andrée Chédid me transporte, m'émeut. Apprendre son décès, c'est faire remonter une part de mon enfance, celle de la lectrice avide d'émotions que j'étais à 11 ans. Avec en tête cette magnifique citation qui me guide inconsciemment depuis lors « Si tu n'espères pas, tu ne rencontreras pas l'inespéré. » 

 

andree-chedid.jpg

 

Extraits :

 

"Lana se sentit tirée au fond d'un puits par les cheveux, une eau lourde gonflait sa robe, des herbes entravaient ses genoux, ses coudes frottaient contre les parois. Il lui fallut plusieurs secondes pour s'arracher à tout ce sommeil.

La sonnerie du téléphone se prolongeait.

Pour ne pas réveiller Pierre, elle n'alluma pas la lampe de chevet, se glissa rapidement hors du lit. La chambre était sombre, elle dut tâtonner jusqu'à la porte."

 

"Ma passion, ce sont les routes : construire où rien n'existe. J'aime respirer l'odeur du goudron. Je ne suis heureux que lorsque le compresseur plaque dans le sable sa bande noire. Je voudrais que l'on puisse traverser le désert de part en part. En Europe, tout est déjà dit, tracé; on invente le superflu, on se préoccupe des loisirs. Ce qui m'intéresse, ce sont les premiers pas, les balbutiements..." 

 

Tag(s) : #Actu