Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mariage pour tous : la France a-t-elle la droite la plus arriérée d’Occident ?

On peut légitimement se poser la question après la centaine d’articles de presse relayant la prise de position de Nicolas Sarkozy qui a affirmé vouloir abroger la loi Taubira après des semaines de tergiversation sur le sujet devant les militants du mouvement UMP sens Commun. Depuis que ce dernier a fait son retour sur la scène médiatique, les opposants s’en donnent à cœur joie sur les plateaux de télévision et dans les médias pour faire savoir leur volonté de remettre en cause la loi. D’Hervé Mariton à Bruno Lemaire en passant par Laurent Wauquiez, l’élection à la tête de l’UMP aiguise les appétits des ténors du parti politique qui avaient défilé contre la loi ou manifesté leur opposition. Aujourd’hui, leur discours consiste à remettre en cause l’adoption et la filiation. Que les homosexuels puissent s’unir, au fond ils s’en fichent un peu, mais qu’ils fassent des enfants, grand dieu non !

Les médias relaient facilement ces débats

C’est donc par la grâce de Nicolas Sarkozy que l’on a vu débarquer sur le plateau de C à vous lundi soir Frigide Barjot, flanquée d’un Frédéric Mitterrand dont on se demandait un peu ce qu’il faisait là, aux côtés de Vincent Autin premier marié avec son compagnon à Montpellier après la promulgation de la loi en avril 2013.

Pourquoi redonner la parole à cet épouvantail de Frigide Barjot ? Pourquoi remettre sur le devant de la scène des débats qui ont blessé des gens ? Parce que ça fait de l’audience ! Les opposants et leurs caricatures d’arguments sont plus vendeurs que des positions mesurées comme celles d’Alain Juppé ou de Nathalie Kosciusko-Morizet que l’on peut lire ou entendre mais pas voir à la télé. Pour eux, si la PMA et la GPA sont hors de questions, remettre la loi Taubira sur le tapis l’est tout autant. Rappelons que selon un sondage récent Odoxa pour Itélé « Si 80% des sondé.e.s jugent les questions économiques et sociales prioritaires pour la prochaine campagne présidentielle, on n’en compte que 4% (6% quand on ne prend que les sympathisant.e.s UMP) à estimer que les questions sociétales représentent un enjeu pour ce scrutin » (Yagg) C’est d’ailleurs l’argument utilisé par Alain Juppé lorsqu’il est interrogé sur le sujet par ses militants. Comme quoi, le bon sens a de l’avenir face au Sens commun.

Et pendant que les journalistes interrogent tous les constitutionnalistes qui leur tombent sous la main pour savoir si on peut abroger ou réécrire une loi, les quelques milliers de familles homoparentales françaises se retrouvent à nouveau plongées dans ce climat nauséabond et incertain où leur place dans la société est remise en cause perpétuellement, alors qu’au fond elles sont si peu nombreuses. En effet, selon un sondage de l’Insee paru en 2013 et relayé par Le Figaro à l’époque, environ 200.000 Français déclarent être en couple avec une personne de même sexe, soit 100.000 couples. Parmi ces familles, environ 10% des couples de personnes de même sexe déclarent vivre au moins une partie du temps avec un enfant. Ces chiffres ne sont pas tout à fait assez précis, et les associations homoparentales parlent plutôt de 300 000 familles, mais cela reste tout de même très marginal sur 66 millions de Français !

LMPT fixe son agenda médiatique

Mais c’est donc ça ! Les rédactions se font donc dicter leur agenda médiatique, tout comme les ténors de l’UMP. C’est bien « l’anniversaire » des 2 ans de La Manif pour Tous qui pousse la classe politique de droite à répondre aux sollicitations non visibles de LMPT et les médias à les relayer. Le nombre de retombées médiatiques sur ce sujet en atteste : ce mouvement réactionnaire a réussi son coup : fixer son propre agenda médiatique, détourner le débat à droite qui concerne la survie de l’UMP pour en faire un débat sociétal. A tel point que, même le Président de la République, en déplacement en Océanie, a dû se fendre de paroles se voulant apaisantes. Pas de chance pour lui, non seulement il saute à pieds joints dans le piège tendu par LMPT, mais en plus quand François Hollande parle de « consensus » on a du mal à croire que vu le nombre d’opinions favorables le concernant, cela ait un quelconque effet. On peut donc vraiment se demander si au-delà de la droite, ce n’est pas la classe politique toute entière qui se fait avoir totalement par un mouvement réactionnaire global.